Le sport votre meilleur allié contre la dépression

Dernière mise à jour : 24 juin

Depuis longtemps, nous entendons dire que le sport est bénéfique pour la forme et la santé physique, mais ses vertus vont bien au delà de ce que vous imaginiez. Des recherches ont prouvé qu’une activité sportive régulière permet de lutter contre la maladie– pathologies cardiovasculaires, obésité, diabète, cancer – et augmente la durée de vie. L'exercice physique constituerait également un traitement sérieux des maladies mentales, et son efficacité serait comparable à celle d'un anti-dépresseur, sans les effets secondaires de ce dernier, tout du moins pour les cas de dépression modérée.


sport et santé, couple, bien être, lutter contre la dépression


Le psychologue clinicien James Blumenthal, de l’université Duke, en Caroline du Nord, le confirme : « Je crois profondément aux vertus de l’activité physique. Une majorité d’études rapporte que les bénéfices liés à l’exercice seraient aussi importants, voire plus élevés, que ceux des médicaments pour certains patients. »


Idem pour le psychiatre Madhukar Trivedi, du centre médical Southwestern de l’université du Texas, qui étudie la relation entre le sport et les maladies mentales depuis plus de quinze ans, le confirme : « La bibliographie scientifique qui présente l’exercice comme un facteur de lutte contre les maladies mentales est longue et riche. Nous avons déjà évalué les doses d’activité nécessaires, les avons intégrées dans les traitements de substitution et avons analysé les marqueurs biologiques associés à la guérison. »


La dépression: petit aperçu chiffré
dépression, chiffres, risques


Les troubles dépressifs occasionnent de 35 à 45% des arrêts de travail et environ 8,2% des actifs ont connu dans leur vie un épisode dépressif.


Selon les dernières études de santé publique en France, près d’un adulte sur dix a vécu un épisode dépressif. Les personnes les plus vulnérables sont les femmes, les étudiants, les personnes au chômage ou à faible revenu, les moins de 45 ans.


La dépression a un fort retentissement sur la vie de tous les jours; elle se caractérise par une humeur triste et des sautes d'humeur quotidiennes, ainsi qu'une perte d’intérêt pour la plupart des activités. En proie à une fatigue généralisée le patient souffre d’insomnie, de troubles de la mémoire plus ou moins légers, d’un manque de concentration et d’une faible estime de soi . Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), 350 millions d’individus seraient concernés dans le monde.


Le traitement proposé classiquement consiste en une prise médicamenteuse régulière accompagnée d'une psychothérapie, mais encore faut il consulter. Beaucoup de personnes ont encore du mal à admettre qu'elles ont besoin d'aide, refusent la prise d'anxiolytiques ou s'en contentent sans pousser la porte d'un spécialiste dont l'accompagnement est indissociable pour éviter la rechute. Les antidépresseurs ont beaucoup évolué et présentent aujourd'hui moins d'effets secondaires qu'à leurs débuts. Ils sont indispensables en cas de dépression sévère. Cependant il est vrai qu'ils peuvent encore générer des troubles gênants tels qu'une prise de poids, la baisse de la libido, des insomnies ou autres désagréments en fonction du patient, pouvant amener ce dernier à une interruption brutale du traitement sans consultation au préalable; cet acte n'est pas sans conséquences: il peut déboucher sur un sevrage difficile avec des symptômes dépressifs parfois plus graves que ceux initialement observés et le risque de crises d'angoisse aigues, voire de suicide.


La crainte de devenir dépendants aux médicaments, l'image que le traitement renvoie de négatif à des patients dont l'image de soi est déjà fragilisée ou encore la contrainte d'un suivi psychothérapeutique plus ou moins long, expliquent qu'un certain nombre de patients préfèrent se tourner vers des méthodes plus naturelles : yoga, sophrologie, phytothérapie, hypnose, acupuncture, méditation… sport. Ces méthodes sont une excellente alternative dans le cas de troubles dépressifs légers, mais pas pour les cas plus graves.

Concrètement, quel sport? quelle fréquence?
faire du sport aide à lutter contre la dépression, groupe de femmes qui font du sport


L’exercice physique couplé à une prise en charge classique ( anti-dépresseurs et psychothérapie ) augmenterait les résultats positifs sur les patients. Une méta-analyse publiée en 2016, qui a été menée par une équipe internationale de chercheurs ayant épluché toutes les études sérieuses faites jusqu'ici sur le sujet, a révélé que le sport, modéré à vigoureux, réalisé sous le contrôle d’un professionnel, représentait en effet un traitement efficace contre la dépression. Pour le traitement des symptômes dépressifs, les taux de guérison seraient 67 à 74 % plus élevés en présence d’exercice physique.


Tous les sports peuvent aider à se prémunir de la dépression. D'après les chercheurs, 3 à 5 séances d’endurance chaque semaine, de 45 à 60 minutes à une intensité de 50 à 85 % de sa fréquence cardiaque maximale serait la bonne formule. L’idéal serait de brûler environ 16 kilocalories par kilogramme (1 200 à 1 500 kilocalories par semaine pour une personne de poids moyen).

Les sports d'intensité moyenne à élevée seraient encore plus efficaces: Jogging, ski de fond et aérobie, il n'y a que l'embarras du choix.


c'est dur de faire du sport, mais ça fait du bien


Pas toujours facile de s'y mettre…

Il est difficile de se motiver quand on a peu de temps ou que l'on n'affectionne pas l'effort physique. Je vous conseille certaines applications en ligne ludiques qui vous obligent à respecter un certain rythme et vous y encouragent, l'inscription à un club pour profiter de l'émulation de groupe, trouver un ou une partenaire pour vous encourager mutuellement, vous réserver un moment privilégié de détente ou de plaisir juste après le sport pour renforcer la motivation les fois suivantes (bain chaud, sieste, lecture, film, bon repas).

Dix minutes d’effort sont toujours mieux que rien. Fixez-vous des objectifs raisonnables et dépassez les progressivement. Si vous êtes carrément allergique au sport, donnez vous la peine de choisir les escaliers plutôt que l’ascenseur, garez vous sur un parking même un peu éloigné plutôt que devant la porte d'entrée de votre boulanger, allez balader votre chien plus souvent, faites vos courts trajets à pied ou à vélo, allez danser, jardinez plus souvent… et mettez y de la motivation, le plaisir doit être de la partie.


Comment le cerveau réagit au sport:

Quel rapport entre exercice physique et ce qui se passe dans la tête? pourquoi marcher redonne t-il le sourire et suer sur le bitume rend il plus fort mentalement?

cerveau et sport,les bénéfices sur la santé et le mental