Pourquoi choisissez- vous toujours le même profil de partenaire?

Dernière mise à jour : 5 mars



Vous réalisez à force d'échecs et de recommencements que vos histoires de couple ont un point commun: le profil psychologique de vos partenaires successifs. Une découverte déroutante qui vous fait penser qu'une sorte de déterminisme ou de destin amoureux vous condamne à la répétition sans que vous puissiez en réchapper. Ce syndrome est il une fatalité associée aux liens constitués dans l'enfance avec vos parents? peut on sortir de ce schéma récurrent?


Vous avez souvent entendu dire que les expériences affectives de notre enfance avaient une incidence sur notre vie sociale et amoureuse d'adulte. En effet, ces relations précoces ont un rôle indéniable sur notre développement émotionnel, et sur notre mode d'attachement. (Je vous renvoie aux théories de Bowlby et Ainsworth).


Cependant, la croyance répandue selon laquelle on aimerait comme on a été aimé, est non seulement discutable ( Didier Pleux, On aime comme on a été aimé, La Musardine) mais elle est aussi selon moi réductrice et limitante. Les rapports humains sont complexes et nos ressources et nos capacités d'adaptation sont nombreuses!


Nous ne sommes pas enchainés aux schémas du passé! et nous avons le choix et la capacité de nous détacher de ce que j'appellerais des "routines cognitives et situationnelles". Car oui, nous tendons instinctivement vers ce que nous connaissons déjà. Cette tendance inconsciente est confortable car elle ne nécessite aucun ajustement, aucune remise en question de notre environnement, de notre éducation et de nos croyances. Mais rien n'est figé, surtout quand on a conscience de ses blocages!


Si vous persistez à vivre ou à revivre une relation qui vous fait souffrir ou ne vous satisfait pas, il est fort probable que les dysfonctionnements qui se manifestent dans votre relation fassent depuis toujours partie de votre vie. Vous faites inconsciemment le choix de continuer à lutter contre ce que vous connaissez déjà, plutôt que de vous confronter à l'inconnu.


Changer ses habitudes n'est jamais facile. Au gré de notre histoire personnelle nous tissons la toile de nos modes de fonctionnement. Expériences, croyances qui en découlent, injonctions de l'entourage... ce maillage dans lequel nous sommes progressivement pris systématise nos comportements . Nous sommes comme en mode automatique tant qu'aucune crise ne vient menacer cet équilibre.


Certains d'entre nous, plus armés et conscients de leurs ressources, n'attendent pas la crise pour prendre des risques et pour changer de cap lorsqu'ils en ressentent le besoin. Mais plus généralement nous évitons l'inconnu. Notre inconscient et nos schémas cognitifs nous poussent vers ce à quoi nous nous sommes adaptés. C'est ce qui explique aussi que l'on puisse se résigner à rester dans une relation insatisfaisante, sans comprendre ce qui nous retient.



Réparer le passé

Rejouer les conflits familiaux, perpétuer les modes de fonctionnement relationnels du passé, être fidèle au rôle qui nous a été assigné enfant ( enfant soignant, enfant confident, enfant dévalorisé, enfant idéalisé...) est une manière inconsciente de se rassurer sur la légitimité de son histoire et du lien à ses parents. C'est aussi l'occasion que l'on se donne de guérir d'une blessure de l'enfance, ou de chercher la clé, la solution aux dysfonctionnements familiaux.


Vous l'aurez compris, certaines personnes qui n'ont pas réglé leurs comptes avec le passé, peuvent être systématiquement attirées par un partenaire dont le profil psychologique fait écho à ce qui n'a pas été réparé. Il arrive aussi que leur dévolu soit jeté sur une personne qui représente au contraire l'antithèse du parent qui pose problème, comme un rempart à la répétition; mais cette stratégie, consciente ou non, peut déboucher sur une autre version de la tragédie familiale: ce partenaire dont le caractère est à l'opposé de celui du parent toxique peut devenir une cible, la victime d'un processus de projection d'une inversion des rôles. Et le couple est de nouveau le théâtre des échecs du passé.


J'aimerais ajouter que les troubles émotionnels et affectifs développés à l'âge adulte, tels que la dépendance affective ou l'incapacité à s'attacher, ne sont pas uniquement la conséquence de carences affectives ou de maltraitantes dans l'enfance; en effet il est important de savoir qu'un surinvestissement affectif de l'enfant, un amour sans limites et inconditionnel qui le place en position de roi, peut aussi déboucher sur des difficultés relationnelles à long terme: ces individus qui n'ont jamais connu ni opposition, ni critique, ni frustration, ne sont pas préparés à une relation équilibrée et égalitaire de couple. Ils chercheront sans relâche un partenaire capable de les aimer inconditionnellement, un partenaire soumis à leur ego.


Attention, les rapports humains sont complexes, variés et aussi nombreux qu'il existe de trajectoires individuelles: le passé n'explique pas toujours les problématiques du présent, et les difficultés de l'enfance ne sont pas systématiquement génératrices de difficultés à l'âge adulte. Je vous donne ici des pistes à explorer si vous prenez conscience de la répétition de relations amoureuses problématiques qui impactent négativement votre vie et peut être votre santé.


Prise de conscience

Si vous vivez une relation amoureuse défaillante qui vous coûte beaucoup d'énergie alors qu'au fond vous la considérez sans issue positive, interrogez votre passé. Si vous ne parvenez pas à établir des liens clairs avec votre parcours de vie, n'hésitez pas à consulter pour débloquer la situation. Si vous êtes conscient d'un schéma de répétition dans vos relations amoureuses, alors sachez que vous pouvez l'interrompre et dépasser le vécu familial en laissant la porte ouverte à un rééquilibrage: soyez ouvert à de nouvelles expériences, réinterprétez objectivement votre passé affectif. Cette démarche ne doit pas être vécue comme une trahison ou une rupture mais comme une libération, et comme l'opportunité de vous réapproprier votre vie, de grandir. Autorisez vous à vivre autre chose, à regarder le monde et à vous regarder vous même autrement qu'à travers le regard exigeant de vos parents.


Conseils


Comme je le disais au début de cette article, les croyances selon lesquelles nous ne pouvons pas aimer autrement que comme nous l'avons été (de même que nous ne pourrions pas aimer sans s'aimer nous même), sont des pensées limitantes et réductrices: les manques et les traumas de l'enfance sont une épreuve marquante, certes, mais le cerveau humain a la capacité de se reprogrammer grâce à un environnement renouvelé, à des relations enrichissantes, à des tuteurs de résilience, à des expériences qui redonnent confiance en soi...


S'entourer de personnes positives qui nous aident à reconsidérer notre perception de la vie de couple peut être un bon début. Eviter d'avoir un idéal amoureux, des idées rigides et préconçues sur le couple, s'inspirer de modèles positifs qui ont trouvé l'harmonie...


Il est difficile d'être objectif et d'avoir le recul nécessaire sur les enjeux du passé. Consulter un professionnel peut vous aider à remonter le cours de votre histoire sans vous y perdre et sans vous décourager .


Avoir une attirance redondante pour un type d'homme ou de femme n'est pas une malédiction ni une maladie. C'est un réflexe dont il est possible d'apprendre à se détacher progressivement: notamment en explorant des pistes telles que le rôle que vous endossiez enfant dans la famille, les bénéfices inconscients que vous retirez à rép