REUSSIR SON RAPPORT DE STAGE

Dernière mise à jour : 21 févr.

Un rapport de stage, cela prend du temps, de l'organisation et empiète sur vos révisions pour les épreuves finales. Souvent vécu comme une corvée il est pourtant à faire très sérieusement car il est attendu par les enseignants comme une démonstration de votre investissement et de vos compétences. Voici 4 règles à suivre pour vous en sortir avec succès.


Règle n°1: Être en mode actif durant le stage

Stage court ou long, pour qu'il vous soit bénéfique et ne pas vous ennuyer, vous devrez être motivé et lui donner du sens. Plus tôt vous serez dans le bain plus vous aurez de matière pour nourrir votre rapport. Munissez vous de votre plus beau carnet et notez tout ce qui vous semble intéressant à relever ainsi que vos ressentis et vos remarques personnelles. Vivez ce stage comme une réelle expérience d'investigation et manifestez de l'intérêt à vos interlocuteurs (maitre de stage, tuteur, personnel...etc) pour avoir leur soutien et leurs bons conseils. Partez aussi du principe que votre rapport s'il est réussi sera un atout par la suite, un faire valoir de vos capacités d'adaptation et d'apprentissage, pour des sélections à venir ou auprès d'un employeur par exemple.


En fin de journée, relisez vos notes et ajoutez des détails que vous pourriez ne pas avoir eu le temps d'écrire. A partir de ce que vous avez relevé, faites une liste d'informations à chercher pour approfondir vos remarques: recueillir des documents auprès de l'établissement ou de l'entreprise (organigramme, plaquette informative, histoire, produits, plannings, chiffres, métiers, missions...), consulter le site internet de la structure s'il en existe un, interroger les salariés sur des points précis... agissez comme un enquêteur à la recherche d'une piste pertinente qui se révèlera au fil des détails. Vous pouvez préparer chez vous un questionnaire, enregistrer avec leur accord les entretiens que vous accordent vos interlocuteurs, recueillir leurs témoignages pour en extraire des éléments qui rendront votre rapport plus vivant et plus concret. Si vous êtes timide ou mal à l'aise saisissez cette opportunité pour apprendre sur vous et sortir de votre zone de confort. Personne ne vous tiendra rigueur de questions maladroites dans le cadre d'un stage.


Règle n°2: Trouver un sujet pertinent

Au fil de vos prospections et en allant chercher d'avantage dans les détails sans doute des idées de sujets ont commencé à se dessiner dans votre esprit: Notez les. Dés que l'une d'elle vous semble pertinente et suscite votre intérêt n'hésitez pas et précisez la. Biensur choisissez d'orienter votre travail en tenant compte de la durée du stage, du temps imparti pour faire votre rapport, de la longueur exigée pour celui-ci et de vos capacités. Donc: pas de sujet trop compliqué ou difficile qui vous mettrait en difficulté, pas de sujet qui demande un contenu trop dense si votre stage est trop court pour vous permettre d'avoir un réel aperçu de ce que vous souhaitez traiter; à contrario si vous faites un stage long à haut niveau d'études n'optez pas pour un sujet trop simple, déjà traité des milliers de fois.


Pertinent ne signifie pas difficile, mais intéressant et qui mobilise l'attention.


Les stages courts et d'observation ont généralement pour objectif de vous amener à présenter dans votre rapport l'univers professionnel que vous avez découvert, alors que les stages longs exigent d'avantage une analyse de vos missions et de votre projet professionnel. Cherchez toujours du côté des enjeux pour la profession.


Règle n°3: Soigner son plan

Comme dans tout travail de rédaction, le plan est l'étape la plus laborieuse et celle dont dépend l'équilibre, la rigueur et le traitement de votre sujet. C'est le squelette de votre rapport. Une fois qu'il est fait, ouf! vous n'avez plus qu'à rédiger en le suivant scrupuleusement.


Généralement votre rapport de stage contient les parties générales "descriptif de la structure", "descriptif de vos missions" et "analyse ou bilan de votre expérience". Cependant soyez concis sur certaines informations ennuyeuses qui répondent à ces descriptifs et ne perdez pas de vue la nécessité d'informer sur votre sujet. Profitez de la liberté que les sous-parties vous offrent en dirigeant la réflexion sur les aspects intéressants du métier, que vous voulez révéler. Les points importants que vous aurez pris soin de souligner dans vos notes et d'approfondir ensuite, devront ressortir dans les titres de votre plan; relisez donc toutes les informations que vous avez recueillies, hiérarchisez les, organisez les et placez les au bon endroit dans ce que l'on appelle un "plan détaillé". Biensûr vous ne pourrez pas tout garder, faites les bons choix! Les parties doivent être équilibrées, et le déroulé du plan logique.


Règle n°4: Se lancer!

Une fois votre plan-détaillé terminé, l'écriture est généralement fluide et aisée. N'hésitez pas à vous lancer le plus rapidement possible dans la rédaction, quitte à faire un premier essai que vous pourrez améliorer par la suite. En rédigeant vous prendrez connaissances des lacunes éventuelles de votre plan (répétitions, parties inégales, oublis, manque d'informations...) et vous pourrez les corriger.


Ecrivez vos idées dans des phrases courtes et claires, dans un raisonnement logique. Soignez votre expression et votre orthographe, évitez les familiarités pour donner à votre travail un aspect plus scientifique et plus rigoureux. ( Mettez vous dans la peau d'un professionnel ). Ne recopiez jamais mot pour mot un extrait de texte pris sur internet ou dans un livre sauf en mentionnant son auteur et les références. Relisez au fur et à mesure. enlevez les paraphrases, enrichissez le vocabulaire... à la toute fin revoyez si nécessaire le style de votre écriture, le respect des consignes de présentation et de la mise en page (numérotation, page de couverture, page de garde, bibliographie, annexes...etc). faites lire à une personne de votre entourage pour vous assurer que le rapport est intéressant, clair et facilement compréhensible.


Bon courage!








68 vues0 commentaire