top of page

Apprenez à mieux réagir et à vous faire respecter face à l'adversité

Dernière mise à jour : 14 déc. 2022



Qu'il s'agisse de communication dans le couple ou avec ses proches, de difficultés relationnelles au travail, ou de la peur panique de devoir se défendre et de rester zen face à un interlocuteur irrespectueux, voici quelques conseils à mettre en pratique.


Règle n°1 : GARDER SON CALME

Quand on est pris dans un conflit, ou que l'on est victime de la mauvaise humeur de son interlocuteur, l'idéal est de ne pas s'énerver.


Crier, en réponse à une remarque désagréable ou à un comportement provocateur, soulage sur le coup, mais n'est pas le meilleur moyen d'imposer son autorité. Au contraire, une réponse impulsive révèle votre susceptibilité et votre peur de perdre la face. Une fois cette instabilité révélée votre interlocuteur aura tendance à être sur la défensive et à réagir par l’attaque ou par la fuite: dans ce cas de figure le dialogue est impossible.


De plus, s’énerver ou se fermer brutalement à toute discussion pour échapper à une situation qui vous échappe, vous met dans une posture dévalorisante.


Si votre réaction est disproportionnée par rapport à la remarque ou au comportement de départ de votre interlocuteur vous finissez par passer pour l'agresseur et ressortez de cette situation avec un stress et une charge mentale considérables : ruminations, culpabilité, remords, regrets, colère, frustration, honte, tristesse…


Règle n°2 : EXPRIMER SON RESSENTI

Face à une attaque ou à une situation gênante qui vous donne envie de fuir, l’erreur est de ne pas réagir et de faire comme si rien ne se passait… de la même manière avoir une réaction de contestation trop timide et en laquelle on ne croit pas soi-même n'est pas convaincant. Pire: elle révèle votre peur. L'absence de réaction constitue une forme de consentement ou de résignation pour la personne qui vous attaque. De la même manière ne pas être constant dans ses réactions suscite la méfiance et la critique.


Si vos limites ne sont pas claires, si elles sont poreuses, instables, ou carrément absentes, la porte est ouverte à toutes les intrusions possibles et à toutes les transgressions.


La passivité au sein d'une altercation ou face à une agression traduit généralement une peur:


-du conflit,

-de déplaire